mercredi 1 septembre 2021

CHAQUE JOUR JE CHOISIS UNE SOURCE DE JOIE (Trịnh Công Sơn)

(traduction: Nguyễn vạn An)

Chaque jour je choisis une source de joie
Je choisis les fleurs, je choisis les sourires
Je ramasse le vent du ciel et t'invite à bien le garder
Pour que tes yeux sourient
comme les feuilles en volée

Chaque jour je choisis mon chemin
Chemin vers la famille, chemin vers les amis
J'attends ton retour, tes pas si familiers
Qui de nouveau repassent sur les tapis
de feuilles de tamarin dorées

Ainsi je vis chaque jour heureux
Ainsi je suis entré dans la vie
J’adore cette vie, je l’adore avec mon coeur

Chaque jour je choisis une source de joie
Avec toi, nous retrouverons tous les amis
Je choisis cet endroit pour chanter en choeur
Et regarder les rires en hâte s'envoler

Chaque jour je ne choisis qu’une fois
La douce berceuse pour le nouveau né
Le soleil présent, la pluie à venir
Le blé qui crie sa joie comme des mains qui saluent.

Ainsi je vis chaque jour heureux
Ainsi je suis entré dans la vie
J’adore cette vie, je l’adore avec mon coeur

Chaque jour, je choisis de rester bien tranquille
Voir le pays, m'asseoir et penser à moi-même
Je découvre soudain pourquoi je vis
Parce que le pays a besoin d'un cœur.

Ainsi je vis chaque jour heureux
Ainsi je suis entré dans la vie
J’adore cette vie, je l’adore avec mon coeur

Ainsi je vis chaque jour heureux
Ainsi je suis entré dans la vie
J’adore cette vie, je l’adore avec mon coeur



Mỗi ngày tôi chọn một niềm vui
Chọn những bông hoa và những nụ cười
Tôi nhặt gió trời mời em giữ lấy
Để mắt em cười tựa lá bay

Mỗi ngày tôi chọn đường mình đi
Đường đến anh em đường đến bạn bè
Tôi đợi em về bàn chân quen quá
Thảm lá me vàng lại bước qua

Và như thế tôi sống vui từng ngày
Và như thế tôi đến trong cuộc đời
Đã yêu cuộc đời này bằng trái tim của tôi

Mỗi ngày tôi chọn một niềm vui
Cùng với anh em tìm đến mọi người
Tôi chọn nơi này cùng nhau ca hát
Để thấy tiếng cười rộn rã bay

Mỗi ngày tôi chọn một lần thôi
Chọn tiếng ru con nhẹ bước vào đời
Tôi chọn nắng đây chọn cơn mưa tới
Để lúa reo mừng tựa vẫy tay

Và như thế tôi sống vui từng ngày
Và như thế tôi đến trong cuộc đời
Đã yêu cuộc đời này bằng trái tim của tôi

Mỗi ngày tôi chọn ngồi thật yên
Nhìn rõ quê hương ngồi nghĩ lại mình
Tôi chợt biết rằng vì sao tôi sống
Vì đất nước cần một trái tim.

Và như thế tôi sống vui từng ngày
Và như thế tôi đến trong cuộc đời
Đã yêu cuộc đời này bằng trái tim của tôi

Và như thế tôi sống vui từng ngày
Và như thế tôi đến trong cuộc đời
Đã yêu cuộc đời này bằng trái tim của tôi

dimanche 15 août 2021

COMPOSITIONS FLORALES 01

Composition de profils à partir des fleurs d’un jardin.
Juste les profils avec peu de couleurs.

mercredi 4 août 2021

FENÊTRE-BARREAUX SUR L’AUTRE MONDE.

Je vous ai montré plusieurs dessins sur PC : compositions diverses, tableaux abstraits, longues discussions sur les couleurs, etc. Je continue toujours à dessiner avec le PC, encore plus par temps de Covid : programmation digitale, en complément des moyens classiques, crayon, fusain, pastel, acrylique, etc.
Voici un exemple. Travail sur PC uniquement pour le moment.
L’idée est de construire une fenêtre, mais qui peut être des barreaux. Avec ouverture sur un autre monde, plutôt abstrait, ou fantastique. Les barres rappellent les tableaux de Mondrian dans ses recherches. Ici les barreaux expriment l’idée de réclusion.
Les dessins sont anciens. Le suis revenu dessus suite à une discussion avec mon ami Pascal.
Je vous montrerai d’autres exemples et des dessins sur d’autres thèmes.

jeudi 29 juillet 2021

VENT D’AUTOMNE, JE TE BERCE MON ENFANT.

Dans quel ordre dois-je vous proposer de suivre cette chanson ?
Peut-être lire d’abord la lyrique,
Ensuite écouter le chant de la mère,
Et enfin écouter une interprétation de la chanson en guitare, interprétation qui a reçu le premier prix au festival de guitare de Berlin, 2019.

Vent d'automne, je te berce mon enfant
(chant populaire)
Traduction : Nguyen van An

Minuit est passé, le temps avance,
le temps passe, voici le matin.

Oh mon mari, entends tu mon appel,
A toi je pense, à toi je pense

Ne pleurs plus mon enfant, dors mon enfant
Oh, mon enfant, oh mon enfant, oh mon enfant
Mon enfant, mon enfant, oh mon enfant

Tu es un homme, passionné et patriote,
Je n'ai pas le cœur de te faire de reproche
pas le cœur de te faire de reproche

Oh mon chéri, entends tu mon appel,
A toi je pense, à toi je pense

Ne pleurs plus mon enfant, dors mon enfant
Oh, mon enfant, oh mon enfant, oh mon enfant
Mon enfant, mon enfant, oh mon enfant !




Gió mùa thu mẹ ru mà con ngủ.

Năm (ơ) canh chày, năm (ơ)
canh chày, thức đủ vừa năm

Hỡi chàng chàng ơi, hỡi người người ơi
Em nhớ tới chàng, em nhớ tới chàng

Hãy nín nín đi con, hãy ngủ ngủ đi con
Con hời là con hỡi, con hỡi con hời
Con hỡi con hời, hỡi con!

Chí làm trai say mê mà yêu nước
Em nỡ dạ nào, em nỡ dạ
nào, trách mối tình ai

Hỡi chàng chàng ơi, hỡi người người ơi
Em nhớ tới chàng, em nhớ tới chàng

Hãy nín nín đi con, hãy ngủ ngủ đi con
Con hời mà con hỡi, con hỡi con hời
Con hỡi con hời, hỡi con!

dimanche 18 juillet 2021

ME BERCER DE COMPASSION.

Je vos remets cette chanson. Déjà publiée plusieurs fois sur le net, mais cette vidéo est soigneusement recomposée. C’est sans doute la plus émouvante sur Trinh Cong Son et Khanh Ly. L’interprète parle de sa première rencontre avec le compositeur, et de cette chanson, qui débute leur longue coopération. Ambiance modeste mais chaleureuse, belle voix puissante, rythme harmonieux, paroles attachantes, respect et émotion absolue du public. Souvenir inoubliable pour elle, pour lui, à ses côtés, pour les amis qui étaient là.
Je vous traduis les paroles….

ME BERCER DE COMPASSION.
(traduction: Nguyen Van An)
Quelles lèvres gardent encore leur parfum
Pour que j'y étale mon amour
Quels cheveux restent encore jeunes
Pour me donner un peu d'innocence
Quel cœur reste encore calme
Pour que j'y chantonne ma vie
Appelez-moi par mon nom je vous prie
Car l'amour tombe vite dans l’oubli.

Mon cœur roule sur un chemin usé
Et sur mon goutte de sang enragé
L'oiseau debout se tait
Quand on revient dans l'hiver
Ma main se couvre de mousse retardée
Attendons donc les aurores
Attendons les matinées

Pourquoi la vie n'est que vide et silence
Comme les champs après la moisson
Comme les forêts laissées à l'abandon
Le voyageur retourne se mirer
Au centre des murs blancs muets

Quel chemin reste encore gai
Pour que j'y passe une journée
Y a t-il un cheveu volant
Dans mon petit souvenir
Plus personne il n'y a plus personne
Je flotte sur mon chemin de vie
Plus personne à espérer

Rentre chez toi s'il te plaît
Je vais moi m'aventurer
Les encens sont encore là
Ce soir je vais tous les allumer
Laissez-moi dormir dans mon berceau
Je me berce de compassion
Laissez-moi dormir sous la voûte des bambous

En vietnamien :
RU TA NGẬM NGÙI
Trinh Cong Son

Môi nào hãy còn thơm
Cho ta phơi cuộc tình
Tóc nào hãy còn xanh
Cho ta chút hồn nhiên
Tim nào có bình yên
Ta rêu rao đời mình
Xin người hãy gọi tên
Khi tình đã vội quên

Tim lăn trên đường mòn
Trên giọt máu cuồng điên
Con chim đứng lặng câm
Khi về trong mùa đông
Tay rong rêu muộn màng
Thôi chờ những rạng đông
Xin chờ những rạng đông

Đời sao im vắng
Như đồng lúa gặt xong
Như rừng núi bỏ hoang
Người về soi bóng mình
Giữa tường trắng lặng câm

Có đường phố nào vui
Cho ta qua một ngày
Có sợi tóc nào bay
Trong trí nhớ nhỏ nhoi
Không còn không còn ai
Ta trôi trong cuộc đời
Không chờ không chờ ai

Em về hãy về đi
Ta phiêu du một đời
Hương trầm có còn đây
Ta thắp nốt chiều nay
Xin ngủ trong vòng nôi
Ta ru ta ngậm ngùi
Xin ngủ dưới vòm cây.
JUSTE UN TEST Juste un test. Je n'arrive plus à entrer dans mon propre blog ! Une photo :

lundi 6 avril 2020

CHANT POUR UN HOMME QUI S'EST COUCHE

Je vous traduis une autre chanson de TRINH CONG SON. La guerre est finie, presque un demi-siècle est passé, mais comment oublier....

Chantée par par Khanh Ly:




Hát cho người nằm xuống


Anh nằm xuống sau một lần đã đến đây
Đã vui chơi trong cuộc đời nầy
Đã bay cao trong vòm trời đầy
Rồi nằm xuống, không bạn bè, không có ai
Không có ai, từng ngày, không có ai đời đời
Ru anh ngủ vùi, mùa mưa tới
trong nghĩa trang này có loài chim thôi!






Anh nằm xuống cho hận thù vào lãng quên
Tiễn đưa nhau trong một ngày buồn
Đất ôm anh đưa vào cội nguồn
Rồi từ đó, trong trời rộng, đã vắng anh
Như cánh chim, bỏ rừng, như trái tim bỏ tình
Nơi đây một lần, nhìn anh đến
những xót xa đành nói cùng hư không!





Bạn bè còn đó anh biết không Anh?
Người tình còn đó anh nhớ không anh?
Vườn cỏ còn xanh, mặt trời còn lên
Khi bóng anh như cánh chim chìm xuống.




Vùng trời nào đó anh đã bay qua?
Chỉ còn lại đây những sáng bao la
Người tình rồi quên, bạn bè rồi xa
Ôi tháng năm, những dấu chân người cũng bụi mờ.



Anh nằm xuống, như một lần vào viễn du
Đứa con xưa đã tìm về nhà
Đất hoang vu khép lại hẹn hò
Người thành phố, trong một ngày, đã nhắc tên
Những sớm mai, lửa đạn
những máu xương chập chùng
Xin cho một người vừa nằm xuống
thấy bóng thiên đường cuối trời thênh thang
Chant pour un homme qui s’est couché


Tu t'es couché, après être une fois venu ici
Tu t'es bien amusé tout le long de cette vie
Tu as volé haut dans ce firmament rempli
Et maintenant, tu t'es couché, sans ami
Il n'y a personne,
Il n'y a personne, jour après jour,
Il n'y a personne, vie après vie.
Au cimetière, pour te bercer
dans ton sommeil approfondi,
à la prochaine saison des pluies,
Il n'y a que des oiseaux, que des oiseaux par ici!


Tu t'es couché pour que la haine tombe dans l'oubli
On s'est dit adieu dans une triste journée,
La terre dans ses bras t'a serré
pour te ramener là où tu es venu
Dans ce vaste ciel, désormais tu n'es plus
Comme l'oiseau qui a quitté la forêt,
comme le cœur qui l'amour a délaissé
Te voyant venir ce jour, les regrets
ne peuvent qu'avec le néant dialoguer!


Tes amis sont toujours là, le sais-tu?
Ta bien-aimée est toujours là, te souviens-tu?
Le jardin est-t-il encore vert, le soleil se lève t-il encore haut
Quand, comme l'aile de cet oiseau, ton ombre s'est immergée?


Quel firmament as-tu donc survolé?
Il ne reste ici que des lumières dispersées
La bien-aimée oubliera, les amis partiront
Oh, avec le temps, les empreintes des pas des hommes
vont aussi dans la poussière s'estomper.


Tu t'es couché, comme au bout d'un long voyage
Le fils de jadis est rentré à la maison
Les terres sauvages sont fermées aux rendez-vous
En ville, un jour, quelqu'un a rappelé ton nom
Les petits matins, les balles de feu,
Le sang, les os, tordus, enchevêtrés!
Prions prions
pour que la personne qui vient de se coucher
trouve le paradis à l'immense horizon

mercredi 18 mars 2020

MARS 2003 : LE PATIENT HONGKONGAIS.

En fin février 2003, un américain d'origine chinoise venait se faire soigner à l'hôpital Việt-Pháp (Vietnam-France) avec un diagnostic de fièvre, toux et syndromes grippaux. Il s'est avéré qu'il était atteint du SARS (syndrome respiratoire aigu sévère). Le virus, apparu à Hongkong en 2002, est vite passé au personnel médical de l'hôpital, causant plusieurs décès. Une épidémie locale s'est développée, heureusement vite maîtrisée. Au Vietnam, 65 personnes étaient infectées, 5 étaient mortes. L'épidémie était aussi propagée dans d'autres pays. Au total, dans le monde, 8346 cas étaient recensés avec 646 décès.
Le texte ci-dessous était écrit par une infirmière, Mên, qui soignait le « patient Hongkongais ». J'étais si ému quand je lisais le texte, que je me suis promis de le traduire en français et de publier en France pour mes amis ici. En fait je n'ai rien fait. Entre temps, quelqu'un a traduit le texte en français. J'ai publié ce texte.

Aujourd'hui, au 17è anniversaire de cet événement tragique, je vous re-soumets le texte traduit.

dimanche 3 mars 2019

KIM OANH : FEVRIER

Kim Oanh est vice-présidente d'une station de radio régionale, écrivaine connue, femme de grand cœur participant à de nombreuses activités de bienfaisance.Voici un de ses poèmes: FEVRIER.

samedi 23 février 2019

VU THANH HOA : LE TABLEAU D'AUTOMNE.

Dehors, ici, le soleil se lève. L'hiver touche à sa fin. L'automne est passé depuis un moment. Mais la tristesse n'a pas de saison...

jeudi 14 février 2019

COLLAGE

Que dit Wikipedia : Le collage est une technique de création artistique qui consiste à organiser une création plastique par la combinaison d'éléments séparés, de toutes natures : extraits de journaux avec texte et photos, papier peint, documents, objets divers.

lundi 11 février 2019

IMAGE ET TITRES

Il y a quelques semaines j'ai mis un dessin à la gouache et vous ai demandé de lui donner un titre. Vous avez accédé à cette demande avec beaucoup de gentillesse. Voici vos titres rassemblés en forme d'un pot de fleurs :

jeudi 7 février 2019

CHATS BINH AN

Je suis un fidèle lecteur d'Edmée de Chavée, et je sais oh combien elle adore les chats. Protectrice inconditionelle, elle en a sauvé, élevé, nourri, aimé, quitté, je ne sais combien de chats. Elle en parle avec une grande amitié et une douceur infinie. Et je découvre, en visitant Tania et d'autres blogs, que bon nombre de mes connaissances sur le net sont aussi amoureuses de chat. J'aurais dû naître chat, c'est plus cool, mais le bon Dieu m'a fait homme. Ainsi était sa volonté. Que voulez vous !

dimanche 3 février 2019

VU THANH HOA : HASARD

Vous êtes vraiment sympathiques avec Vu Thanh Hoa. Merci pour elle. Je vous traduis ici un autre de ses poèmes.
An

vendredi 1 février 2019

VU THANH HOA: SUSPENSION

Je vous traduis encore un poème de Vu Thanh Hoa, poétesse très connue au Vietnam. Hoa a écrit plus de 500 poèmes dont une partie a été publiée, en plusieurs volumes. Elle vit actuellement à Vung Tau, au sud du Vietnam.