jeudi 8 novembre 2018

LE POEME DU MAÎTRE HUONG HAI

L’empereur Lê Du Tôn pose à Maître Huong Hai la question suivante :
« Quelle est l’idée profonde du zen dans le bouddhisme ». 

Maitre Huong Hai répond par ce poème : 



(photo prise sur l'internet)
L’hirondelle traverse le grand espace,
Son ombre s’immerge dans l’eau froide,
L’hirondelle n’a pas l’idée de laisser sa trace,
L’eau n'a pas à cœur de garder l’image.

L'hirondelle, le ciel, l'eau froide, le reflet, le tout donne une image d'une grande beauté et tranquillité. Les éléments, hirondelle comprise, vivent en paix, les uns conscients de l'existence des autres. Aucun n'ait l'idée d'une possession quelconque, ne serait que l'image d'un instant, de l'autre. Le temps passe tranquillement. Le monde est grand et beau, apprécions d'en faire partie. Laisser passer la vie. Pas de souvenir, pas de regret....


 

14 commentaires:

  1. Oh quelle superbe métaphore, j'aime beaucoup l'idée de ne pas se préoccuper de la trace qu'on laisse.
    Merci An, bonne fin de journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas trop, un petit peu ?
      Bises, Bonne soirée.

      Supprimer
  2. Le détachement.... est-ce qu'un jour j'y arriverai vraiment? Merci l'artiste pour cette belle métaphore. Bises alpines.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me le demande aussi. Bises citadines !

      Supprimer
  3. La philosophie est toujours plus lumineuse, quand c'est une hirondelle qui l'enseigne ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, c'est l'hirondelle qui te parle, elle a une gentille petite voix...:-)
      Bonne soirée !

      Supprimer
  4. C'est très beau, merci pour ces vers.

    RépondreSupprimer
  5. Quand l'hirondelle se fait pinceau
    je m’envole dans le grand espace
    qu'elle nous ouvre

    Merci Binh an pour ces belles découvertes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, Pascal, dans les encres de Chine sur le paysage, il y a souvent le ciel, l'eau, un être vivant (homme, oiseau,...) pour montrer que le lieu est habité. L'être vivant est dessiné «petit», pour contraster avec l'immensité de la nature. J'ai pensé mettre un tableau à l'encre, mais ça risque de faire double emploi avec le poème. Le cercle tracé est le signe classique et vénéré du zen.

      Supprimer
  6. La fugacité Eternelle ….Je suis touchée , Merci Binh An ...Betty

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Betty, je suis ému de te revoir. Cela fait ... 2?, 3? ans !

      Supprimer
  7. Comme un trait de plume légère pour traverser le grand espace, juste un froissement du silence,un chant de vie, d'espoir en l'humain !
    merci An

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jolie image d'espoir, Balaline ! Chant de vie dans un froissement du silence !

      Supprimer